LE CONGÉ MENSTRUEL PEUT-IL VOIR LE JOUR EN FRANCE ?

28 avril 2021

68% des Françaises sont favorables au congé menstruel. Vous avez certainement du voir passé ce sondage réalisé par l’IFOP, qui ajoute que 30% des interrogées sont également touchées par la précarité menstruelle.

 

 

Qu’est-ce qu’un congé menstruel ?

 

 

Le congé menstruel se traduit par un temps de repos pris par les femmes pendant des règles douloureuses (dysménorrhée). Plusieurs pays l’ont déjà mis en place, notamment en Asie, à l’instar du Japon en 1947. Au départ très utilisé, il est aujourd’hui devenu marginal puisque moins d’1% des salariées ont utilisé ce congé menstruel en 2017 (1).

 

Il faut souligner que beaucoup de femmes ne connaissent pas ce droit, d’autant que l’employeur n’est pas tenu de rémunérer les salariées qui prennent ce congé. Une pression sociale est exercée sur les femmes souhaitant bénéficier de ce congé puisqu’elles sont incitées à ne pas le prendre.

 

 

Nos voisins italiens ont proposé il y a quelques années, un projet de loi concernant ce type de congé (2). Les salariées souhaitant bénéficier d’un congé menstruel devaient fournir un certificat médical courant sur l’année attestant qu’elles souffrent pendant leurs règles et le remettre à leur employeur. Le congé menstruel n’est à ce jour, pas consacré. Ce qui est mis en avant, c’est plutôt les permissions de s’absenter, et non réellement des congés. La mise en place de congé menstruel s’effectue plutôt au niveau des entreprises.

 

 

L’entreprise indienne de livraison de nourriture Zomato a d’ailleurs attribuer 10 jours annuels de congé menstruel pour celles qui le souhaitent, s’appliquant même aux personnes transgenres. Par une note adressée aux employés le 8 août 2020, le fondateur et PDG de Zomato a affirmé sa volonté de “favoriser une culture de confiance, de vérité et d’acceptation” (3). Il ajoute un mot pour les hommes (annexe).

 

 

Quels sont les avantages et les inconvénients ?

 

 

La consécration d’un congé menstruel français serait une avancée des droits de la femme. La prise en compte de la nature biologique de la femme ferait progresser la société. Ce congé protégerait les femmes souffrant durant cette période, notamment celles atteintes d’endométriose.

 

 

Cependant, les inconvénients ne sont pas nuls. En effet, les employeurs seraient d’autant plus réticents à embaucher une femme tout en ayant conscience qu’elle aura le droit de s’absenter une à deux journées par mois. Une discrimination à l’embauche importante se renforcerait dans ce cas.

 

 

Néanmoins, il existe des solutions. Depuis le début de la crise sanitaire, le télétravail s’est largement développé et répandu. Ainsi, les femmes pourraient prendre un congé menstruel et télétravailler, du moins pour les emplois dans lesquels il est possible.

 

 

Comme chaque droit social, le droit à un congé menstruel fait l’objet de débats. Il semble que la France n’est pas réellement prête à consacrer un tel congé. Il faut tout de même souligner l’initiative de La Collective, société coopérative et participative (scop) de Montpellier, qui a décidé de laisser aux femmes la possibilité de poser un jour de congé par mois. Elle permet aux salariées qui le souhaitent de ne pas se rendre au travail simplement par l’envoi d’un mail au directeur administratif, chargé de garder le secret. Cette “avancée sociale importante” (4) ne constitue qu’un cas marginal, loin d’être généralisé.

 

 

Annexe : mot destiné aux hommes dans la note du fondateur et PDG de Zomato

 

“Nos collègues féminines qui expriment qu’elles sont en congé d’avoir des règles ne devrait pas être inconfortable pour nous. Cela fait partie de la vie, et bien que nous ne comprenions pas pleinement ce que vivent les femmes, nous devons leur faire confiance lorsqu’elles disent qu’elles ont besoin de se reposer. Je sais que les crampes menstruelles sont très douloureuses pour beaucoup de femmes – et nous devons les soutenir à travers elles si nous voulons construire une culture vraiment collaborative à Zomato.”

 

Samir HADJAL

[1] https://www.cnews.fr/monde/2020-11-29/japon-zambie-coree-du-sud-ces-pays-qui-ont-instaure-un-conge-menstruel-pour-les

[2] https://www.investireoggi.it/fisco/in-quali-aziende-sono-riconosciuti-congedo-mestruale-e-permessi-lavoro-per-endometriosi/

[3] https://www.zomato.com/blog/period-leaves

[4] Propos tenus par Dimitri Lamoureux, cogérant de la scop